Jeune espiègle

Jeune espiègle à ses yeux,
Elle se prête à son jeu.
N'en déplaise à certains,
Tout en elle respire l'amour,
Elle lui jetterait des sorts,
Quand bien même il serait mort,
Afin qu'il se souvienne...
De ces frasques passées,
Et qu'il s'en imprègne,
Il ne rêve plus,
Il aspire juste à un monde...
Bien moins tordu,
Quelqu'un qui vous a tant donné,
Puis tant repris,
Il m'a gâché la vie,
Il mourra cette nuit,
Je fuis la nuit,
Comme d'autres l'envie,

Je survie tant bien que mal,
Sans toi ...toi ...toi,
Je ne déborde de rien,
Surtout pas d'énergie,
Je manque de tout,
Et cela ne me fait rien,
Lente survivance en ton absence,
Je maudis les hommes,
Qui médissent leurs femmes,
Je partage son lit,
Bien plus que sa vie,
Je respecte ces non-choix,
L'amour fou puisse tout,

Une aire nouvelle...
S'ouvre devant nous,
Tu me redonnes confiance...
En la gente masculine,
La ligne de démarcation,
T'empêche d'empiéter...
Sur ma liberté,
Je cherche la flamme en toi,
Celle qui ne s'éteint pas,
Rien ni fait,
Ni l'eau, ni le vent,
Intacte, fidèle à son dégradé...
D'orangers...
Elle demeure en toi,
Plus vive qu'au premier jour,
Je vie mes rêves...
l'ombre de ton coeur,
Je me perds en toi,
Je retrouve grâce à tes yeux,
Mes bornes se fondent avec les tiennes,
Ton sang bat dans mes veines,
Je m'affole déjà,
Au seul son de ta voix,
Dans la catégorie ange,
Je te demande,
Ma passion me dévore,
Je me délecte au mieux,
J'arbitre ta vie,
Le score s'affiche en moi,
Je mélange tout,
Et je m'enfous...
Je vibre et...
Quoiqu'il advienne...
Je serais tienne,
Tu m'accapares,
L'homme en elle ...
S'insurge.

Je signe l'acte notarié ...
Qui dissout pour toujours,
36 années d'amours,
Nos plus belles années.
Et sans jamais fléchir,
Je combats mon désir,
La porte d'entrée.
La copie de l'original,
Demeure intacte ...
Le signe d'appartenance ...
Dans sa version dilettante.